Raz de pensées,  humeurs primaires et infinies platitudes. Pure mauvaise foi et fausses modesties... mais pas seulement !

Humanisme

Définition du mot "humanisme"

C’est seulement dans les années 1830-1840 que le terme "humanisme" apparaît dans les études critiques allemandes pour désigner un "mouvement intellectuel associé au réveil des langues et de la littérature anciennes" (W. K. Ferguson). L’humanisme désigne le retour à la lecture des œuvres antiques : redécouverte, établissement, édition, traduction des textes sont les activités de l’humaniste qui se transforme pour l’occasion en philosophe, philologue, juriste, critique d’art.



Les premiers humanistes

Ils ont comme point commun de dénoncer l’obscurantisme du Moyen Âge. L’humanisme est considéré au contraire comme une période de lumière qui s’oppose aux ténèbres des siècles précédents. C’est ainsi que Rabelais oppose "ce siècle si plein de lumière" au "brouillard épais et presque cimmérien de l’époque gothique". Au chapitre VIII de Pantagruel, Gargantua adresse une lettre à son fils qui concentre tous les préceptes de l’humanisme : "le temps estoit encores ténébreux et sentent l’infelicité et calamité des Gothz qui avoient mis à destruction toute bonne littérature".

- Le premier objectif des humanistes. Rétablir l’éloquence de façon à bien dire et bien écrire. Guillaume Fichet installe à la Sorbonne, dont il est bibliothécaire, le premier atelier typographique d’où sortent en 1470 les Lettres de l’humaniste italien Gasparino de Barzizza. Ce succès attire les humanistes italiens : les premiers cercles humanistes se forment autour d’hommes comme Paolo Emili, Girolamo Balbi, Filippo Beroaldo. L’humanisme stylistique s’élargit à une connaissance complète de l’Antiquité.

- Les hommes célèbres. Guillaume Budé (1468-1540) étudie le droit avant de se consacrer aux belles-lettres grecques et latines, à une époque où le grec est encore inconnu en France. Il obtient du roi la fondation d’ un collège pour l’enseignement du grec, du latin et de l’hébreu, qui deviendra le Collège de France. Lefèvre d’Étaples (1450-1536) se consacre aux éditions d’Aristote et parcourt l’Italie en écrivant de nouvelles exégèses de la Bible. Symphorien Champier (1471-1537) introduit l’humanisme à Lyon. Médecin, il redécouvre Platon, Aristote, Galien et Hippocrate. L’humanisme s’inscrit dans l’esprit de la Réforme.


Les doctrines humanistes

Avec les guerres d’Italie, la France découvre les raffinements d’une nouvelle civilisation. C’est François Ier, considéré comme le père des Lettres, qui soutient cette nouvelle culture. Il favorise les traductions diverses, collecte des manuscrits anciens (Bibliothèque de Fontainebleau). En 1530, il crée des lecteurs royaux et de nouvelles chaires (grec, hébreu, mathématiques, langues orientales, médecine, philosophie). Le programme humaniste se distingue par :

L’étude des textes et de la civilisation antiques : on sauvegarde les merveilles de l’Antiquité et on développe la philologie, car les textes antiques offrent des clefs essentielles. Machiavel s’inspire ainsi de Tite-Live, Thomas More et Érasme de Lucien.

Le culte de l’homme : on exalte son pouvoir créateur, son intelligence, sa vivacité, la beauté de son corps.

L’éloge de la connaissance : l’homme est conçu en parfaite harmonie avec la Nature, car il est fait à son image. L’homme est un abrégé du Tout, et la philosophie du microcosme et du macrocosme préside à la connaissance de l’univers. On aspire donc à une connaissance encyclopédique qui combat les superstitions. La connaissance de soi devient également un objectif fondamental.

L’éloge des voyages : le voyageur exerce sa curiosité pour découvrir les splendeurs du monde. De plus, l’homme n’ est plus au centre du monde : les travaux de Copernic commencent à être diffusés.

La curiosité linguistique : les humanistes analysent les langues et leur rapport historique, en particulier l’hébreu, langue de la Bible.

La question religieuse : le néo-platonisme domine (croyance en la Providence, immortalité de l’âme, éternel combat de l’ esprit et de la chair, conciliation de la science et de la foi).


Les thèmes humanistes

- Le désir de gloire. Dante et Pétrarque influencent les humanistes. Les poètes doivent célébrer les Grands. La mort est présente pour rappeler la vanité de toute chose et la vertu s’associe à la gloire pour la combattre.

- L’idée de Nature. La mère Nature permet à l’ homme de prendre la juste mesure de la grandeur du monde. La curiosité de la Nature permet de rendre hommage à la Création dans toute sa variété.

- L’amour. Il convient de distinguer le vrai amour qui doit conduire à la contemplation du Divin et l’amour vulgaire, sensuel, défini comme une maladie.



Liens à lire encore pour complèter cet article :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Humanisme
http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Humanisme
http://www.psybernetique.com/Introduction/humanisme.html
http://www.site-magister.com/humanis.htm
http://www.memo.fr/article.asp?ID=MOD_REN_007
http://www.cerphi.net/hum/prince3.htm
http://noesis.revues.org/index303.html
http://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=285&ID_dossier=138
http://www.renaissance-france.org/rabelais/pages/humanistes.html

Infos

Epicentre de la Réflexion

Contact

Si vous n'aimez pas la fonction "ajouter un commentaire" ou bien que vous avez trop de choses à dire, vous pouvez m'écrire à
achile.besloux @ gmail.com
(sans les espaces), je ne mords pas et je serais heureux d'échanger avec vous sur les sujets qui nous intéressent en commun.
Je n'ai même rien contre publier vos remarques, au contraire. Aussi n'hésitez pas.

Des Graphismes

Bannière et graphismes sauvagement empruntés à Rob Voerman dont j'apprécie le travail. N'hésitez pas à visiter également sa gallerie officielle.
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés